Nespresso Gourmet Weeks 2015 | Ces portes que m'ouvre le blog


Coucou mes lapins,

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler d'une aventure que j'ai pu vivre uniquement parce que je tiens un blog.

Ça fait encore partie des choses qui me semblent un peu surréalistes et quand on me les propose, j'ai toujours envie de demander : "mais c'est pour de vrai, vous me faites pas marcher ?! je peux y croire ?"

Eh bien vendredi dernier était un de ces jours.

Si vous vous baladez un peu sur internet, si vous suivez l'actualité de Nespresso ou de Coolbrandz, vous aurez sans doute entendu parler des "Nespresso Gourmet Week" ou "Semaine des Gourmets Nespresso" en français (traduction de mon cru)

Le principe en bref : 16 chefs à travers toute la Suisse ont travaillé en collaboration avec Nespresso afin de créer un menu qui incorpore différents grand crus de la marque.

Les menus sont ensuite proposés au publique à des prix plus doux que les menus gastronomiques habituels (entre 70.- et 120.- CHF) C'est un gagnant-gagnant, les chefs des resto font parler d'eux et il en va de même pour nespresso.

A priori, accorder poisson et café est un peu étonnant, en pratique, c'était délicieux !

J'ai été élevée de telle façon qu'aujourd'hui je suis une mangeuse extrêmement pénible. Pas dans le sens où je n'aime rien, bien au contraire, mais dans le sens où je suis très critique face à ce qu'il y a dans mon assiette. Mon père, cuisinier autodidacte, nous a, depuis tout petits, habitués au meilleur que ce soit à la maison ou dans les restaurants où il nous emmenait. #snob


J'ai été invitée à manger dans un des restaurants participants par par Coolbrandz. Et j'ai été ravie !

Soyez rassurés, je ne vais pas vous parler de ce restaurant parce qu'on m'y a offert le repas mais bien parce que c'était vraiment bon, et j'ai une copine qui peut en témoigner.

Le restaurant du Boléro à Versoix a ouvert ses portes il y a peu et offre un concept intéressant. (site internet ici)

Sous un seul et même toit, vous trouvez une galerie, une bibliothèque et un bistro. Le bistro est lui-même divisé en deux parties, un restaurant à proprement parler et une partie bar à tapas avec musique live de temps en temps.

Mais revenons en à ce qui nous intéresse, la bouffe !

"Pas de chichi mais du goût, du goût, du goût …, c'est ma seule devise." – Serge Labrosse (chef du Boléro)

J'ai un peu ri quand j'ai vu nos assiettes après avoir lu cette phrase parce que je trouve la partie "pas de chichi" peu cohérente avec ce qu'il y a dans l'assiette, visuellement.

La façon de dresser les assiettes n'a en effet rien de simple et tient tout de l'art, mais ce n'est pas nécessairement négatif. Seulement, n'allez pas croire que cela suffira à me convaincre. Ce qui compte, c'est en effet le goût, si l'assiette est joliment présentée, c'est un point supplémentaire !

Par contre, pour ce qui est du goût, il est bel et bien présent et ce que j'apprécie tout particulièrement, c'est que le chef n'a pas cherché à cacher le goût des aliments derrière d'autres saveurs comme cela semble être la mode en ce moment.

N'allez pas pour autant croire qu'il n'y aura pas un festival de saveurs dans votre assiette, mais les plats sont ainsi conçus qu'ils permettent à chacun de créer ses propres mariages gustatifs.

Si vous souhaitez déguster votre filet de lotte pur et sans artifice, ce ne sera pas un problème, si votre palais le préfère couvert d'espuma au café, rien ne vous empêchera de le déguster ainsi. Que demander de plus ?!

Lors de notre visite, nous avons dégusté l'ensemble du menu prévu pour les Nespresso Gourmet Week (soit 1 amuse-bouche, 2 entrées, 2 plats et 1 dessert) et si l'entrée de Boeuf fumé roulé aux légumes était trop amère à mon goût, j'ai été conquise par tous les autres plats.

Chacun des ingrédients était clairement d'une qualité exceptionnelle, c'est aussi ce qui permet de ne pas avoir besoin d'en cacher le goût (z'êtes carrément obligé de mettre de la sauce sur un poisson qui n'est plus de première fraîcheur …) Cela est particulièrement évident avec les noix de St Jacques et la lotte qui étaient tous deux extrêmement tendres.

Le chevreuil quant à lui, fondait carrément sur la langue.

Chaque plat était équilibré, tant au niveau des mariages des saveurs que des textures (et des couleurs).


J'ai également pu échanger quelque mots avec Serge Labrosse qui m'a confié à quel point il était délicat d'incorporer du café dans 6 plats consécutifs sans que le client soit écoeuré.

Eh bien, je dis "chapeau bas l'artiste", il a su le faire soit en ajoutant une touche légèrement amère, soit une fine saveur torréfiée à chacun des plats sans que le café ne couvre le reste des saveurs. Et on a même commandé un café après le dessert, c'est dire si on n'était pas écoeurées.

Après avoir fini, Mélody aurait bien repris un dessert et moi, une St Jacques. (non pas que nous ayons eu encore faim, mais c'était tellement bon !)

Si vous vous baladez dans les alentours de Versoix, je vous conseille vivement d'aller vous restaurer au Boléro, il y a peu de chance que vous soyez déçus. Que ce soit le poisson, les légumes, la viande ou les desserts, tout était maitrisé.

Et quelqu'un qui parvient à marier St Jacques et café doit maitriser une farandole d'autres plats, ça promet !

Malheureusement, les Nespresso Gourmet Week sont terminées pour cette année, mais j'imagine qu'elles seront de retour l'année prochaine et le Boléro garde ses portes ouvertes pour vous servir sa carte habituelle (qui avait l'air pas mal du tout, à en juger les assiettes de nos voisins :P)

Enfin, et parce que c'est aussi important, nous avons été très bien reçues par l'équipe du restaurant en général !

Merci encore à Eileen pour cette incroyable aventure !

Z'aviez pensé à servir plat principal et café en même temps ?

x
Macha

Libellés : , , , , , ,